logo

Archive for mars, 2011 ↓

La Table d’Emeraude par Hortulain

Ensuite il touche l’opération de la pierre disant Que ce qui est en bas est comme ce qui est en haut. Il dit cela parce que la pierre est divisée en deux parties principales, par le magistère; savoir en la partie supérieure qui monte en haut, et en la partie inférieure qui demeure en bas fixe et claire. Et toutefois ces deux parties s’accordent en vertu. C’est pourquoi il dit, Et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas. Certainement cette division est nécessaire. Pour faire les miracles d’une chose C’est-à-dire de la pierre; car la partie inférieure c’est la terre, qui est la nourrice et le ferment; et la partie supérieure c’est l’âme, laquelle vivifie toute la pierre, et la ressuscite. C’est pourquoi la séparation, et la conjonction étant faites, beaucoup de miracles viennent à se faire en l’œuvre secrète de nature.

Share

La pierre philosophale par Phaneg

La pierre philosophale parfaite est une poudre rouge qui a la propriété de transformer toutes les impuretés de la nature.
La pierre philosophale est une poudre qui peut affecter plusieurs couleurs différentes suivant son degré de perfection, mais qui, pratiquement, n’en possède que deux, blanche ou rouge.
La véritable pierre philosophale est rouge. Cette poudre rouge possède trois vertus :
Elle transforme en or le mercure ou le plomb en fusion sur lesquels on en dépose une pincée ; je dis en or, et non en un métal qui s’en approche plus ou moins, comme l’a cru un savant contemporain.
Elle constitue un dépuratif énergique pour le sang et guérit rapidement, prise à l’intérieur, quelque maladie que ce soit.
Elle agit de même sur les plantes en les faisant croître, mûrir et fructifier en quelques heures.

Share

La Lettre du Crocodile 2011/1

La Lettre du Crocodile est la revue trismestrielle de publications littéraires et initiatiques du CIREM qui explore toutes les traditions spirituelles et initiatiques, de la Franc-Maçonnerie au Martinisme, en passant par le Rosicrucianisme, le soufisme, le Bouddhisme et les différentes voies d’éveil.

Share

Le symbolisme du corps humain

Pour Annick de Souzenelle, Dieu s’incarne dans une forme qui est celle de notre corps.
Elle propose donc une étude du corps physique à partir de notre archétype divin.

Le corps divin, selon la mystique juive, est fait de dix sephiroth ou récipients d’énergie divine qui redistribuent ces énergies à l’intérieur de notre corps divin. Notre corps physique étant modelé à l’image de notre corps divin, il est possible d’établir une correspondance entre ces deux corps qui conduit à appliquer la symbolique de l’arbre sephirotique au fonctionnement du corps humain.

Share

Présence dans la plaine

Il ne sait plus quand il est né. Au-dessus de lui, l’azur, les nuages, des trous immenses de clarté et d’ombre dans le ciel. En bas, le sol, la poussière, le bruit de ses propres pas dans les herbes sèches. Dans sa tête, des mirages, une idée vague de bonheur. Une flamme aussi. Un joyau mal défini. L’amour ? Le vent, peut-être… L’effet des éléments sur son âme insatisfaite, fébrile.

Share

La prière

Pour qui n’est pas dans une logique religieuse, la prière est sans doute plus difficile à pratiquer que la méditation. L’une et l’autre sont bien pourtant une pratique. Une pratique de l’isolement, de l’auto-construction du temple intérieur, du retrait en son for. Une pratique de la suprême libération, de la liberté absolue de sa propre conscience.

Share

Les cinq sens

Au-delà des cinq sens et de leurs usages à différents niveaux de conscience, il y aussi des sens oubliés : la perception extra-sensorielle, le souffle, l’intuition, la parole… et au-delà de la mort, le développement des sens spirituels.

Share
Page 1 of 2:1 2 »
©2017 Spiritualites.fr
Share
Translate »