Joseph Scriffignano, nous raconte comment il a été initié au Vaudou Haïtien. Il nous donne le détail de son parcours de simple initié devenu Hougan et initiateur Vaudou, reconnu par ses Frères Haïtiens. Un témoignage simple, d’une grande sincérité et dépourvu de faux semblants. Un parcours étonnant.

L’interview a été réalisée par Marianne Blancherie.

Haïti c’est un peu comme un rêve. Dans le rêve on me disait d’aller en Haïti.

Moi j’étais attiré par Haïti et je suis allé en Haïti. Et j’ai réalisé cette initiation au premier degré en Haïti. Mais je ne peux pas révéler les secrets de l’initiation parce que tout se passe dans un Djévor, ou chambre d’initiation. Donc on rentre les postulants dans le Djévor, qui y vont pour mourir et pour ressusciter.

Vaudou HaitienPendant l’initiation on se pose énormément de questions, puisqu’on ne sait pas exactement ce qu’on est venu faire là, mais il y a des choses qui se passent… il ne faut pas trop révéler non plus. Au premier degré il y a les esprits qui viennent dans la transe.  Mais à la sortie, je me suis dit : « ils sont forts au point de vue cinéma… Ah oui ils sont forts. Très forts ! Ils savent très bien imiter » !

Et quand l’initié doit se mettre à genoux, moi, j’étais borné. Il fallait que  j’aille voir ces esprits de plus près. Et tout le monde me disait « ne t’approches surtout pas » !  Je me suis dit « il faut quand même que je voie si c’est du cinéma ou si c’est vrai ». Finalement je me suis dit  « C’est du cinéma ». Pour moi, c’était du cinéma.

Bref je suis rentré en France, et quelques mois plus tard, je suis allé passer le deuxième degré. Là par contre il s’est passé quelque chose d’extraordinaire : au deuxième degré, c’est moi qui suis entré en transe. Quand je me suis réveillé, je ne savais pas où j’étais. Je ne me souvenais de rien. Là où j’ai vraiment dû y croire, c’est quand j’étais chez moi tout seul, devant mon petit temple, et que je suis rentré en transe tout seul. Là il n’y avait pas de tam tam. Il n’y avait pas de nourriture. Il n’y avait pas d’alcool. J’étais à jeun. Et je suis entré en transe tout seul. Croyez moi ou pas, j’ai eu la peur de ma vie. Je me suis dit « Oh, oh… Qu’est ce qui m’arrive vraiment là » ? Parce que là je ne pouvais pas prétexter que c’était de la tricherie. Je ne pouvais pas dire qu’on m’avait drogué… je ne pouvais rien dire.

Sinon, un an après, j’ai été attiré pour passer ce qu’on appelle le troisième degré, c’est à dire pour devenir Hougan. Et je pose la question à une personne… à une prêtresse là-bas. Et elle me dit « Mais tu sais, tu es déjà Hougan, quelque part… parce que les esprits t’ont accepté, encore plus vite que les autres ».

Je suis donc allé dans ce qu’on appelle la forêt sacrée, pour le troisième degré… parce qu’il y a le petit bois et le grand bois. Or le troisième degré se fait dans le grand bois. J’ai donc passé ce troisième degré. Et c’est incroyable ce que ma vie a pu changer à la suite de ce genre d’initiation. Je pense que les choses ont changé à partir de là. C’était encore plus facile dans la vie que quand je  n’étais pas initié. Les choses venaient d’elles-mêmes. Par exemple je devais partir en Haïti amener des personnes se faire initier au Vaudou là-bas. Je devais partir… Souvent d’ailleurs je partais trois fois par an, puisqu’il y a la cérémonie des morts, les guédés. Ce sont des cérémonies qui durent presque tout une semaine, pendant la fête des morts ; J’y allais aussi pour la Saint Jean et pour la fête de Dantor (la vierge noire) ou Freda (la Sainte Vierge). Au départ je partais comme ça, pourTranse ces fêtes et… chaque fois que je partais il y avait des personnes qui se rajoutaient pour se faire initier. Pour venir en Haïti. Ils venaient tout seuls, sans que je ne demande rien à personne.

Donc les gens venaient spontanément, pour être initiés. C’est quand même extraordinaire la force de ce monde spirituel en Haïti. C’est un vécu que je souhaite aux gens de pouvoir connaître. Je pense que dans les initiations Vaudou, déjà le premier degré est très puissant. Le deuxième…imaginez… Le troisième, c’est terrible !

Le troisième degré, attention, tout le monde ne pas y accéder. Il y a des gens qui vont mettre cinq, sept, voire dix ans pour accéder au troisième degré. Pourquoi ? Parce que ce n’est pas l’homme qui choisit de vous faire passer le troisième degré : c’est l’esprit qui va vous dire si vous êtes prêt ou pas.

Un jour un monsieur est venu avec une petite valise pleine de billets… et il m’a dit : « moi, je veux aller au troisième degré ». Humm… Je l’ai quand même amené en Haïti. Pourtant, ce sont des gens très pauvres. On lui a dit « vous voyez Monsieur. Reprenez votre petite valise et repartez d’où vous venez. Vous n’êtes pas prêt ! Au revoir» ! Donc il s’est fait rembarrer. Donc ce n’est pas nous qui choisissons. C’est les esprits qui vont choisir si vous devez passer ce troisième degré ou pas. Et donc ça peut prendre du temps.

C’est vrai que Haïti on arrive à trouver des choses extraordinaires. Et on peut dire ce qu’on veut… c’est vrai que j’ai eu énormément de chance d’être accueilli par mes Frères Haïtiens. C’est vrai qu’ils m’ont beaucoup apporté, beaucoup donné. Parce que je crois que je suis l’un des seuls blancs à avoir reçu autant de secrets là bas… et surtout à avoir un temple en Haïti… (temps de pause)… Il n’y a pas beaucoup de blancs qui ont des temples en Haïti. Ca c’est sûr… Il est vrai que, que ce soit en Afrique, en Haïti et partout où je suis passé, je pense que mes Frères là-bas ont très bien compris la démarche que j’ai faite vis-à-vis d’eux. C’est vrai que je ne les ai jamais trahis. Et je ne veux pas les trahir. Et c’est vrai que c’est quelque chose d’extraordinaire que je souhaite à beaucoup de monde, s’ils peuvent le faire.

Les gens qui veulent être initiés, librement ils viennent et librement ils repartent. S’ils sont musulmans, ils restent musulmans ; s’ils sont chrétiens, ils restent chrétiens ; s’ils sont bouddhistes, ils restent bouddhistes. Peu importe leurs croyances. Ils sont libres. Ils repartent libres. On n’impose rien à personne. Ca c’est important. C’est vrai que ça peut vous ouvrir les portes. C’est vrai que ça peut vous apporter le bonheur, la santé, la prospérité, l’amour, pour vous comme pour vos enfants… Mais c’est vrai qu’en même temps, il faut faire attention où on met les pieds. Parce que, il y a initiation et initiation…