Livres

Ce livre passionnant est un roman initiatique de Claude Darche, ancien Grand Maître de la Grande Loge Féminine de Memphis-Misraïm et auteure de nombreux ouvrages sur l’ésotérisme et la Franc-Maçonnerie. Les aventures initiatiques de Claire, à la croisée des mondes font de cet ouvrage un concentré de repères initiatiques et références subtiles à la Franc-Maçonnerie en général et à la Tradition maçonnique Egyptienne en particulier.

Un ouvrage plein de rebondissements qui nous renvoie à l’identité profonde de l’être.

Vous trouverez “Femme de lumière” ici

EXTRAITS

– Et la femme, dauphin, qui est-elle ?

– A l’aube des temps, la femme était reine, elle portait le beau nom de Demeter,d’Isis ou de Cybèle. Les hommes étaient initiés aux Mystères de ces déesses qui symbolisaient la Nature dans son oeuvre de génération et de destruction. C’est au travers de leur culte et de leurs rites que les hommes apprirent l’ineffable secret : la mort n’existe pas. Elle n’existe que pour celui qui envisage l’existence sous l’angle de la dualité et seulement de la dualité,celle qui oppose et dresse les hommes les uns contre les autres, celle qui engendre l’anéantissement.

– Mais la dualité existe dauphin, tu ne peux la nier !

– La dualité existe comme une roue sans fin, les hommes continuent à tourner entraînés qu’ils sont par ce mouvement perpétuel, ils oublient le centre de la roue, le moyeu. Par ce centre, la dualité est transcendée et les hommes passent au nombre trois qui est aussi le retour à l’unité. L’homme et la femme, le yang et le yin de la Nature sont indispensables au bon fonctionnement de l’univers ; de leur union naîtra le troisième, le fils, celui qui reprèsente la synthèse de leurs deux personnalités. La vie, vois-tu, n’est qu’une suite de morts et de renaissances.La source divine, l’Un, ce que j’appellerai l’Esprit perdure, il n’y a que les formes qui évoluent, changent et se métamorphosent.

– Il n’y a donc pas de mort ?

– La mort n’existe que pour ceux qui n’entendent ni ne voient.La mort n’existe que pour ceux qui ne sentent pas le flot d’Amour couler en eux.

– Ils sont nombreux ?

– Ils sont des millions à préférer la mort, à aimer le néant.

– Mais pourquoi ?


 

Je sens que ma réponse est décisive, mais c’est d’une voix ferme que je m’entends dire :

– Oui, je vous fais confiance à jamais !

– Alors, vis l’éveil de ta face par le rituel des quatre ouvertures !

Me voici transportée de l’autre côté du lac sacré, près du gigantesque scarabée de granit élevé  par Aménophis III et consacré au dieu solaire Atoum-Khéperrê : d’après notre guide, ce scarabée est un symbole particulièrement bénéfique pour les femmes qui doivent en faire sept fois le tour pour être assurées de porter de beaux enfants et d’avoir une vie abondante et prospère! Juste à droite du scarabée, se tient un escalier qui semble-t-il s’enfonce sous les ruines. Lorsque nous sommes passés à cet endroit avec notre guide, l’escalier était condamné pour risque d’éboulement.


 

Je te souhaite la joie du silence, la prière du silence, celle qui monte de ton coeur et emplit le ciel de sa ferveur. De grandes choses peuvent être faites par la prière! N’as-tu jamais remarqué, amie, que la nuit venue, il fait bon se recueillir et veiller. C’est l’heure où les pensées viennent sans effort, où les problèmes trouvent une solution, où les hommes se confient plus facilement, c’est l’heure de l’écoute, c’est l’heure de la trêve.

Share